La Chasse au Lionpeinture décorative sur tôle de fer
Allemagne du Sud ? XVIIe siècle

 

 

 

 

 

Plaque en tôle de fer rectangulaire sur laquelle est peinte une scène représentant un cavalier monté sur un cheval cabré embrochant de sa lance la gueule d’un lion ; les deux arbres qui encadrent la scène figurent une forêt au bord d’un lac dominé par des montagnes à l’arrière-plan.

Longueur : 72, 5 cm ; hauteur : 39,5 cm
Allemagne du Sud ? XVIIe siècle

La forme de cette plaque et les trous visibles sur les côtés et dans la partie supérieure suggèrent qu’elle devait servir à couvrir le mécanisme d’un coffre de Nuremberg, à l'exemple du modèle ci-contre.

La chasse au lion appartient à l’iconographie européenne du seizième et du dix-septième siècle. Citons, parmi de nombreuses oeuvres, le dessin d’Antonio Tempesta et le burin de Marcantonio Raimondi d'après le relief d'un sarcophage en marbre du IIIe siècle conservés par le Musée du Louvre, le tableau de Rubens à l'Alte Pinacothek de Munich ou l'une des eaux-fortes gravées par Rembrandt.

Le costume du cavalier et le climat de la scène évoquent la peinture italienne du Quattrocento. La représentation minimale des confins du désert montagneux et de la forêt sauvage ajoute par contraste au réalisme du thème central : le temps bref de l’affrontement, dont le caractère dramatique est marqué par la diagonale, s’éternise dans l'espace d'un paysage intemporel qui rapproche cette peinture décorative d'une allégorie.